Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : demain sera un autre jour(peut-être)
  • demain sera un autre jour(peut-être)
  • : Demain sera un autre jour: des mots et leur histoire, de l'actualité, de l'humour(tel que je le conçois),des barbus moustachus et parfois la pensée du jour .
  • Contact

Recherche

28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 20:19

Aujourd'hui en plein coeur de l'été, nous allons parler de l’invention de ce petit morceau de caoutchouc magique indispensable en cette saison et  qui comble de bonheur les nombreux amateurs du monde entier d’un rustines4 loisir à portée de toutes les bourses !

Je vous vois venir, bande de petits sacripants avec vos sourires goguenards et vos sous-entendus vicelards d'adolescents attardés. Sachez que le propriétaire de ce blog ne badine pas avec les règles élémentaires de la vertu. le sujet du jour se nomme la rustine et peu m'importe l'usage détourné que vous jugerez bon d'en faire.

Rétrospective:

Le début du vingtième siècle voit l’essor de l’automobile  un bien de consommation rustine5 au dessus de bien des budgets, contrairement à la petite reine qui a rapidement trouvé de nombreux adhérents.

A cette époque, le vélo a déjà séduit de nombreux adeptes. L'inconfort des débuts quand le cadre et les roues étaient en bois et que la bande de roulement en fer permettaient aux britanniques de surnommer l'engin, boneshaker(secoueur d'os), s'est trouvé résolu par l'invention des pneumatiques en caoutchouc.Vers 1885 le français Pierre Michaux dote l'engin d'un pédalier placé tel que nous le connaissons encore actuellement. C'est le déclic et le début d'un engouement qui ne se démentira pus.

Au début du 20è siècle, avec le succès des débuts du tour de France et la dotation des facteurs de campagne pour leurs tournées,  les amateurs de vélo se multiplient et sont alors plus d’un million en France.

Le mauvais état des routes à cette époque rend la pratique cycliste sujette à de nombreuses crevaisons et les moyens de réparations existants sont assez aléatoires. rustines

rustine Louis Rustin (1880-1954), outre sa passion pour les courses de vélo, a ouvert à Paris en 1903 un atelier de rechapage de pneus automobiles. Il cherche un moyen de dépanner promptement son vélo lors des épreuves auxquelles il participe. Il a déjà mis au point un dispositif en 1908, une bande de cuir à coller à l’intérieur des rustines6 boyaux mais il cherche un moyen simple, fiable et rapide pour tous .

La première guerre mondiale va interrompre pour un long moment ses recherches. Mais en 1921, sa technique lui semble enfin au point et il dépose le brevet de son invention tout bonnement appelée la Rustine : une petite rondelle rustines5 de caoutchouc adhésive destinée à reboucher les crevaisons. Un accessoire qui va illico devenir indispensable à tout amateur de bicyclettes. rustines2 rusti

10 ans plus tard, la société de Louis Rustin fabrique près de 30 millions de rustines par mois avec un slogan immuable « Unis pour la vie ».

De nos jours, chacun a tendance à utiliser une bombe anti-crevaison et à changer directement la chambre à air entière plutôt que réparer, mais prévoir un paquet de rustines pour les sorties longues s'avère encore bien utile. rustines3

Voici en tout cas un article de circonstances pour les représentants de nos gouvernements successifs qui aimeraient bien avoir à leur disposition de quoi colmater les  fuites volontaires ou non qui perturbent la quiétude de leur train-train quotidien.

Car c'est quand même un monde d'avoir une majorité des titres de presse écrite, de médias audiovisuels réunis dans des mains souvent familières, de placer ses amis, de coopter les amis de ses amis à tous les postes clefs etc...etc..., et de ne pas pouvoir compter sur la discrétion de journalistes indélicats pour mener ses petites affaires tranquillement.

Ici, nous parlons des vrais scandales politico-financiers, de tous les margoulins de la république,qui confondent service public et public à mon service, et non pas de quelques intrigues amoureuses montées en épingle par une certaine "presse"; des pourrismatchs, voilou, voilà, goulou et cie pour l'écrit par exemple et beauf FM pour la télé, des feuilles trop puantes même pas ramasser les déjections de mon chien. Ces torchons prêts à toutes les bassesses pour satisfaire et assouvir les instincts les plus vils des frustré(e)s qui composent leur lectorat. 

Pfou, j'ai soudain un coup de pompe après cette longue échappée en solitaire dans le col du rayon beaufidude, je vais remiser mon biclou pour quelques heures. C'est fou ce que ça fatigue de se défouler  sur le gros du peloton de la connerie humaine. et là, au sprint massif, ils sont légion à pouvoir prétendre à la victoire finale sans user de substances illicites.7

sur ce faites l'amour, pas la guerre :))

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mimi 29/07/2016 15:34

Je vois que tu avais mis le grand braquet et que tu n'as pas roulé en facteur pour lancer ton sprint contre nos politiques. Et ma foi tu en tiens un bon rayon et tout ça sans saler la soupe. De toutes façons ces courailleurs n'ont que ce qu'ils méritent. Allez, je lève la coupe à tes mots et à ta clairvoyance...