Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : demain sera un autre jour(peut-être)
  • demain sera un autre jour(peut-être)
  • : Demain sera un autre jour: des mots et leur histoire, de l'actualité, de l'humour(tel que je le conçois),des barbus moustachus et parfois la pensée du jour .
  • Contact

Recherche

3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 22:00

 

Pensées du jour:

Ma femme ne s'était jamais rendu compte que je buvais, jusqu'au jour où elle m'a vu à jeun.

A quoi ressemblez -vous quand je n'ai pas bu?

C'est à force de boire à la santé des autres qu'on fiche en l'air la sienne.

trinquerpg.jpg

à la votre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guy-Léo 16/03/2015 21:45

Bonjour,

A-t-on déjà vu quelqu’un se présenter en état d’ivresse dans un congrès des Alcooliques anonymes et prétendre qu’il n’est pas alcoolique ?! Non mais pas du tout, il vient là juste pour voir ce
qu’il pourrait faire pour aider un de ses chums qui a un petit problème de boisson ! A-t-il perdu contact avec la réalité ? On parle alors d’une psychose induite par une substance ; or il n’est pas
nécessaire d’avoir consommé quoi que ce soit pour délirer de cette façon, regardez autour de vous !

Al-Anon = ALcooliques ANONnymes

Les GFA = Groupes familiaux Al-Anon pour les proches de personnes affligées d’alcoolisme, souvent eux-mêmes affligés d’un trouble quelconque apparenté à la schizophrénie. Qui s’assemble, se
ressemble – un malade en attire un autre, dit le proverbe. Anxiété, dépression, boulimie, anorexie, troubles obsessionnels compulsifs, troubles de personnalité, « défauts de caractère », etc.
Personnes troublées, névrosées, dysfonctionnelles.

Ainsi, le mariage avec un – plutôt qu’une – alcoolique est un faux dilemme, le véritable dilemme étant le mariage lui-même, quel que soit le conjoint ou la conjointe, et cela a peu sinon rien à
voir avec une personne alcoolique, homme ou femme. Hypocrite Gère-Mène, traductrice amateure et improvisée (The Dilemma of the Alcoholic Marriage), n’a jamais assumé l’échec de son mariage avec un
conjoint alcoolique et n’en finit plus de régler ses comptes avec les hommes. Ces derniers – à peine 10-15% dans les GFA – sont tous des pédophiles, des « homosexuels » (en anglais Gays and
Lesbians !), des séparatistes, des malades mentaux, des escrocs ! Seul un profond changement de MENTALité pourra assurer la survie des GFA. Et encore… ils continueront de décliner car ils n’ont
jamais eu de véritable raison d’être. Seule chose vraie : un changement d’attitude ou de mentalité ne fait pas disparaître la maladie mentale mais peut contribuer à l’atténuer de façon appréciable,
car il s’agit d’une maladie chronique d’origine vraisemblablement génétique (héréditaire) : la schizophrénie et les troubles qui s’y apparentent sous-jacents à l’alcoolisme. Ainsi la négation – le
déni – n’est pas le propre de l’alcoolisme mais bien de la maladie mentale. Tel est le vrai dilemme des GFA : la maladie mentale.

Il faut savoir enfin que, en guise d’alternative aux Groupes familiaux Al-Anon, il existe des organismes communautaires en santé mentale ; informez-vous à votre CLSC. Fédération des familles et
amis de personnes atteintes de maladie mentale (FFAPAMM), Association canadienne pour la santé mentale (ACSM), Société québécoise de la schizophrénie (SQS), etc. Voyez dans l’Internet.

Le suicide, les AA et les GFA :
http://pel-anon.blogspot.ca/2011/07/suicide-aa-et-gfa.html